Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 10:47

book cover a comme association, tome 4 le subtil parfum du 

Editeur : Rageot/Gallimard jeunesse.

Nombre de pages : 184.  

 

Quatrième de couverture :  

 

Prénom : Ombe.

Age : 18 ans.

Description : cheveux blonds et courts en pétard yeux bleus allure sportive.

Profession : agent stagiaire à l’Association et étudiante (officiellement).

Signe particulier : incassable.

Aime : sa moto, tabasser un bon gros monstre, qu’on lui fiche

Mission : sauver la vie du loup-garou et éviter d’en tomber amoureuse.  

 

Circonstances de lecture :

 

J’ai précommandé ce livre pour être sûre de l’avoir le jour de la sortie. Je n’ai attendu qu’un mois avant de le sortir de ma PAL.  

 

Mon avis :  

 

Je persiste et signe : je prends toujours autant de plaisir à lire cette série "de littérature jeunesse". Ombe semble ne pas avoir beaucoup changé en dépit des épreuves qu’elle a traversées. Elle aime toujours autant se battre, elle agit avant de réfléchir et se trouve dans des situations pas toujours faciles (Ombe contre les douze garous, ou encore Ombre contre le troll philosophe, le retour).

 

Mais (et j’ai eu envie de l’écrire en majuscule) Ombe, l’héroïne, prend de l’épaisseur dans ce volume. Elle n’est plus seulement la jeune fille sûre d’elle, à la limite de l’arrogance. Par flash-backs, nous découvrons son passé, à la fois ce qu’elle essaie de découvrir (pourquoi a-t-elle été abandonnée ?) et sa différence. Ombe est la petite sœur d’Anita Blake, en lutte contre les vampires et les garous déviants, à la vie amoureuse (et sexuelle) très active pour une héroïne de littérature jeunesse. Pour la citer «pour plus de détails, veuillez d’abord certifier que vous êtes majeur».

 

Ombe est incassable, son cœur ne l’est pas. Les menaces se resserrent autour d’elle, et je la trouve parfois naïve de ne pas mieux prendre la mesure du danger. A la fin de ce tome, elle et Jasper "qui la considère comme une soeur" se trouvent réunis, et peut-être (c'est une hypothèse) ces deux personnages oeuvreront de concert dans le tome 5 de leurs aventures, qui paraitra en juin.

 

Book

 

 

 

 

Ce livre est le premier livre lu dans le cadre de mon régime d'été, organisé par Leiloona.Challenge-Pierre-Bottero

1/ 19.

 

 

Il est le huitième livre lu dans le cadre du Challenge Pierre Bottero, organisé par Edelwe.

Partager cet article

Repost0
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 20:02

communaute-du-sud-tome10.jpg

Titre : La communauté du Sud, tome 10 : Une mort certaine.

Auteur : Charlaine Harris. 

Editeur : J’ai lu.

Nombre de pages : 414.

 

Quatrième de couverture :  

 

«Enfin ! Enfin ma relation avec Eric commence à ressembler à quelque chose : Après toutes ces épreuves, moi, Sookie, je l’ai bien mérité. Mais hélas, au moment où tout semble aller pour le mieux, voilà que mon entourage se met à crée de nouveaux problèmes : Sam, Bill et même Eric ! Et la fureur qui a entouré la Grande Révélation des hybrides n’est pas vraiment retombée…»

Sookie Stackhouse est à peine remise de la révélation de son arrière-grand-père qu’elle doit faire face à un visiteur imprévu : le créateur d’Eric, un vampire venu tout droit de l’Antiquité, accompagné d’un étrange jeune garçon aux meurs sanguinaires. Et de l’autre côté, entre s’occuper de son couple et gérer sa famille faé, la jeune serveuse de Bon Temps a encore fort à faire….»

 

 Circonstance de lecture :

 

 J'ai lu ce livre lors d'une lecture commune organisée avec Syl parce que j'avais beaucoup de mal à sortir ce livre de ma PAL. Vous pouvez lire son avis ici :  link.

 

Mon avis :  

 

Aveu n° 1 : le tome 9 de cette série m’avait un peu déçue - trop de sang et trop de tortures. Je ne peux pas vraiment dire que j’ai apprécié ce tome 10. Déjà, j’ai trouvé que l’action avait été très longue à se mettre en place. Certes, il s’en est passé, des choses, dans les deux cents premières pages, mais elles ressemblent plutôt à un bilan d’après la bataille. Sookie n’en a pas fini de supporter les conséquences de certains actes (en bref : Debbie Pelt, le re-retour). Et elle, qui n’avait plus que son frère au monde, se retrouve presque à la tête d’un clan bigarré (Hunter, Rémy, Claude, et j’en passe).

 

Nous en apprenons un peu plus sur l’organisation des vampires et je ne peux pas dire que ce sujet m’ait passionné. Nous saluons le retour de Bill - dans un sale état, il est vrai. J’aimerai vraiment qu’il retrouve une plus grande importance à l’avenir. Nous assistons aux très nombreuses galipettes du couple Eric/Sookie, et elles ne m’ont pas vraiment intéressé (rien que d'y repenser, j'étouffe un baillement). Sookie est devenue tellement obsédée par leurs ébats qu’elle en oublie d’avertir Eric au sujet d’un fait plutôt déconcertant. 

 

Enfin, à la page 200, les faits promis sur le quatrième de couverture se produisent. Après les présentations d’usage, le créateur d’Eric s’avèrera un mort épuisant, surtout pour la pauvre Sookie. Elle n’aura plus vraiment l’occasion de se livrer à des activités que la morale réprouve avec Eric - lui-même ayant fort à faire avec ses invités prestigieux (vous ne pouvez pas imaginer à quel point recevoir son papa vampire et son frère vampire peuvent être épuisants, surtout quand le petit frère a un lourd trauma à résoudre, en plus d‘une crise d‘adolescence pas piquée des hannetons). Elle peut donc se consacrer à Bill (Le retour du vampire, épisode 3), l’aider dans une mission qui, pour une fois, ne mettra pas sa vie en danger et lui permettre de recouvrer sa santé. Oui, monsieur, oui, madame, les vampires aussi ont des problèmes de santé, et trouver un remède n’est pas toujours chose aisée, croyez-en le docteur Sookie.

 

Aveu n°2 : je n’ai pas compté combien de cadavres ont fait leur apparition dans ce tome 10. Quand je dis «apparition», je dois le dire vite, car, fort heureusement pour Sookie, les cadavres de vampires et de fae disparaissent rapidement. Bon, je veux bien faire un petit effort, si vous insistez : huit, dont trois qui ont eu la mauvaise idée de ne pas se réduire en poussière. Pour tout travaux de dissimulation de cadavres, n’hésitez pas à faire appel à Jason Stackhouse et ses amis les hybrides. Ils assurent !

 

Aveu n°3 : entre la lecture du tome 9 et celle du tome 10, j’ai vu les deux premières saisons de la série True Blood. Ce n’est pas ma série préférée vampirique (Buffy contre les vampires !!!! Angel !!!!!) Je préfère très largement la version du «père» d’Eric dans la saison 2 que cet Ocella. Pour les amateurs de série, je tiens à préciser aussi que Sookie a de légers soucis avec le FBI et qu'il n'est jamais très drôle d'être espionnée, surtout quand on a comme Sookee, la capacité de lire dans les pensées. Comment ne l'a-t-elle pas découvert plus tôt ? Elle est bien élevée, elle ne lit pas systématiquement dans les pensées des gens (note : elle a tout même lu au bout moment dans l'esprit de l'espion). D'ailleurs, faites bien attention, les espions sont partout ! Il existe même des vampires espions. A quand une école pour les former ?  

 

Aveu n° 4 : oui, je lirai le tome 11, s’il est prévu. Je ne vais pas abandonner la série après avoir lu les dix premiers tomes, le plus dur est déjà fait.

Partager cet article

Repost0
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 20:44

 secret-de-lange

 

Titre : Le secret de l’ange.

Auteur :Mélissa de La Cruz.

Editeur : Albin Michel.

Nombre de pages : 294.   

 

Quatrième de couverture :   

 

Ce n’est pas parce qu’on est une vampire qu’on n’a pas le cœur qui bat !

Théodora est en Italie avec Jack Force, l’amour de sa vie. Mais le voyage n’a rien d’une escapade romantique. Les deux amants doivent trouver la porte de la Promesse. Celle dont Lucifer, le seigneur des sang-d’argent, a besoin pour revenir sur Terre. A New York, Mimi Force a le cœur brisé depuis le départ de Jack. Or le temps presse. Les sang-bleu sont menacés par un mystérieux maître chanteur. Théodora comme Mimi sont à la croisée des chemins : le destin des vampires est entre leurs mains.    

 

Mon avis :  

 

J’ai lu le quatrième tome de la saga il y a presque un an et j’ai eu un peu de mal à me replonger dans cette série. Je me suis un peu perdue entre les différentes (ré)incarnations des personnages et j'avais oublié ce qu'était le glom.

 

Le roman est divisé en quatre parties. La troisième, en dépit du changement de narratrice, n’est que le prolongement de la seconde et la quatrième partie, réunissant les deux intrigues, apparaît comme une épilogue. Ils sont entrecoupés par des flash-back sur une vie antérieure de Michel et Gabrielle dont nous ne faisons qu’entrevoir l’importance dans ce livre.

 

En effet, ce tome m’est apparu comme une transition entre deux épisodes de plus grandes importance, en dépit de ses qualités. Une nouvelle organisation et une nouvelle espèce apparaissent, modifiant la donne d’une manière inattendue. Le chantage exercée sur la communauté (le quatrième de couverture n’en dévoile que le strict minimum, ce qui laisse tout son intérêt à l’intrigue) rend nécessaire de recourir à une toute nouvelle Venator, Deming, qui devient la troisième narratrice du roman après le départ de Bliss et se montre extrêmement prometteuse. Néanmoins, les questions deviennent bien plus nombreuses que les réponses.

 

Je retiens un point très positif : le personnage de mimi, alias Azraël gagne en épaisseur. Elle n’est plus la jeune femme qui avait comme seul soucis de choisir une robe pour un événement mondain. Nouvelle régente, elle doit prendre des décisions pour sauver son espèce. Elle est même capable d’éprouver de la compassion pour autrui et a même appris la prudence et la discrétion (à moins que ces qualités ne soient les résurgences de ses vies passées ?).

 

A quand la sortie du sixième tome ?

Partager cet article

Repost0
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 14:11

a-comme-association-t01-L-Homme.jpg

Titre : A comme association.

Auteur : Erik L'homme.

Editeur : Rageot/Gallimard.

Nombre de pages : 152.

 

Quatrième de couverture :

 

Prénom : Jasper.

Age : 15 ans.

Description : grand, maigre, peau blafard et yeux charbonneux.

Profession : agent stagiaire à l'Association et lycéen (à ses heures perdues).

Signes particuliers : pratique la magie et joue de la cornemuse dans un groupe de rock médiéval.

Aime : les mauvais jeux de mots, Donjons et dragons, l'Agent stagiaire Ombe.

Mission : démenteler un trafic de drogue chez les vampires.

 

Mon avis :

 

Autant vous le dire, c'est parce que je n'avais pas le moral ce matin et que le roman policier commencé ne me plaisait guère que j'ai débuté la lecture de ce roman. J'avais lu qu'il était très drôle, je me suis dit  : "vérifions si c'est vrai".

 

C'était vrai.

 

C'est même drôle au-delà de toutes mes espérances. Les jeux de mots foireux ne sont pas vraiment ma tasse de thé. Assumés à ce point, ils sont à élever au rang d'art. Ils fourmillent à tous les coins de page, même et surtout quand Jasper se trouve dans une situation inextricable. Il n'est jamais aussi efficace que lorsqu'il se tourne en dérision.

 

Bien sûr, j'ai tout de même une préférence pour le tome écrit par Pierre Bottero. Néanmoins, je dois dire que l'intrigue est parfaitement construite, pleine de rebondissements sans cesse commentés par Jasper qui, dans son domaine, est tout aussi incontrôlable qu'Ombe.

 

Vivement la suite ! (Je l'avais déjà dit pour le tome 1 ? Et bien, je le répète pour celui-ci !).

 

Note : le chapitre 9 n'a rien à envier aux chapitres 4 et 6 du tome écrit par Pierre Bottero.

Partager cet article

Repost0
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 23:41

  cet12.jpg

 

Titre : Les chevaliers d'émeraude, tome 12 : Irianeth.

Auteur : Anne Robillard.

Editeur : Michel Lafon.

Nombre de pages : 450.

 

Quatrième de couverture :

 

Pressé par l'ennemi, Onyx adoube les jeunes Écuyers, les estimant capables de se débrouiller seuls. Mais la perte du grand commandant de l'armée continue de démoraliser les Chevaliers.... Rongé par le chagrin, l'un d'eux quitte même le groupe pourtant si près du dernier affrontement. Malgré les bons soins prodigués par les araignés, Liam dépérit, comprenant qu'il ne reverra plus jamais ses proches. Mais ces derniers ne l'ont pas abandonné et feront tout pour lui venir en aide par-delà les Territoires Inconnus.

Acceptant enfin son destin, la princesse rebelle vole au secours su porteur de lumière et des Chevaliers d'Emeraude qui subissent les attaques incessantes de l'Empereur Noir. Cependant, Asbeth lui a préparé un piège machiavélique...

Et c'est sur Irianeth qu'a lieu l'ultime combat. Mais qui s'en sortira vivant ?  

 

Mon avis :

 

Aimer un livre, ou une série, c'est parfois aussi fermer les yeux sur ses défauts. Je pense à certains tics d'écriture, qui m'avaient exaspéré dans Reptilis, à des péripéties particulièrement alambiquées ou à cette flopée de personnages dans laquelle je me perds parfois.

 

Vous vous dites que cela fait beaucoup de défauts. Pourtant, j'ai beaucoup aimé ce roman, parce qu'il m'a apporté ce que je lui demandais : un divertissement tumultueux et la mission a été parfaitement réussie.

 

Pas de pause entre le tome 11 et le 12, nous sommes au coeur d'une action rocambolesque, qui nous emmène sur l'ensemble du continent (y compris ses parties inexplorées), dans le passé et au royaume des morts (ou plutôt des obstinés qui ne veulent pas rejoindre les plaines de Lumières). Les va et vient entre les différentes champs de bataille sont nombreux, les pauses rares, et c'est tant mieux. Presque tous les problèmes trouveront leurs solutions, parfois de manière surprenante et drôle. Certaines péripéties m'ont fait hurler de rire - je ne suis pas sûre que c'était le but recherché.


N'oublions pas que Les chevaliers d'émeraude appartiennent au monde du conte. La mort n'est rien, elle n'est même parfois que provisoire.

 

Bien sûr, j'ai hâte de lire la suite : il faut dire qu'Anne Robillard a su lancer de nouvelles pistes narratives qui me donnent vraiment envie de connaître Les Héritiers d'Irianeth.

 

Challenge-Pierre-Bottero

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 11:46

Le maître des tempêtesTitre : Le maître des tempêtes.

Auteur :Pierre Bottero.

Editeur :Rageot poche.  

Nombre de pages : 350.

 

Quatrième de couverture :

 

Paris était désert. La visibilité était nulle, le froid intense, la couche de neige si épaisse que poteaux et panneaux avaient commencé à ployer. Pourtant, Shae pistait.

Elle pistait, guidée par l'odeur de Natan et par un instinct qui hurlait en elle.

Il était en danger.  

 

Mon avis :

 

Que dire ? Si ce n'est que j'ai adoré ce second tome. J'aimerai me contenter de cette seule phrase, mais je me rends bien compte que c'est insuffisant.

 

L'intrigue débute dix jours après la fin du Souffle de la hyène, dix jours que Natan et Shae ont mis à profit pour tenter d'explorer l'Ailleurs et surtout, trouver un moyen d'en sortir. Pas de répit donc : l'intrigue est toujours aussi mouvementée. Même, Pierre Bottero nous plonge dans un monde chaotique, et, hélas, pas si improbable si l'on y réfléchit. Il a le mérite de poser des  questions intéressantes sur notre monde moderne et sa capacité à résister aux bouleversements de ses habitudes.

 

Natan et Shaé sont toujours aussi attachants parce qu'ils ne sont pas manichéens - Shaé se retrouve d'ailleurs face à un dilemme qui risque à tout moment de la faire basculer du côté obscure. Les personnages qu'ils rencontrent sont eux aussi particulièrement riches. Certes, on pourrait parfois taxer Natan et Shaé de naïveté. Il faut néanmoins reconnaître qu'ils savent tirer les leçons de leurs erreurs. Même Barthélémy, l'oncle de Natan, est capable de se remettre en cause - et

 

Le style est toujours aussi agréable à lire, et certaines pages sont particulièrement lyriques : elles m'ont rappelé Le pacte des marchombres.


Encore une réussite signée Pierre Bottero.

 

Challenge-Pierre-Bottero                        Objectif-copie-1

 

Partager cet article

Repost0
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 15:29

Reptilis.jpgTitre : A.N.G.E , tome 2. Reptilis.

Auteur : Anne Robillard.

Editeur : Michel Laffon.

Nombre de pages : 360.

 

Quatrième de couverture :

 

La destruction de la base montréalaise de l’A.N.G.E. oblige ses agents à se réfugier dans un abri souterrain du village canadien d’Alert Bay. Les membres de l’équipe sont ensuite dispersés dans d’autres divisions à travers le pays, malgré les efforts de leur chef Cédric pour les rassembler…

Toutefois, Océane et Cindy sont envoyées ensemble à Toronto où le Faux Prophète, un redoutable manipulateur, a été aperçu. En espionnant Thierry Morin, l’étrange enquêteur aux pouvoir surnaturels, elles découvrent une vaste conspiration vieille de plusieurs milliers d’années. En plus d’être aux prises avec l’Antéchrist, l’A.N.G.E. devra alors faire face à un ennemi beaucoup plus sournois, œuvrant depuis longtemps au sein de tous les gouvernements de la planète. Mais comment avertir les humains de l’existence d’une menace qu’ils refusent d’admettre.

 

Mon avis :

 

Ce n’est pas un secret, je suis une grande fan des romans d’Anne Robillard, et j’ai rarement été déçue. Autant dire que je tombe de haut à la lecture de ce livre que j’ai presque placé dans les boudés du mois.

 

Je trouve que la quatrième de couverture promet beaucoup, et qu’elle est très éloignée des faits qui nous sont racontés. L’intrigue est très lente à se mettre en place : pendant les cent premières pages, il ne se passe quasiment rien, les agents sont parqués, observés, chacun de leur côté, et s’occupent comme ils peuvent. Je vous fais grâce des petits invraisemblances qui parsèment ce roman. Je préfère m’attarder sur les grandes.

 

Les agents de l’A.N.G.E sont censés être les meilleurs du monde, c‘est pour cette raison, si mes souvenirs sont exacts, qu‘ils ont été recrutés. Il aurait juste fallu préciser dans quel domaine. A moins avis, ce doit être la naïveté. Océane et Cindy «oublient» tout ce qu’elles ont appris dès qu’elles débutent leur mission. Elles ne se méfient de rien, ni de personne. Elles ne se rendent même pas compte quand elles sont suivies, trop occupées qu’elles sont à admirer les beautés qui les entourent. Mieux, elles s’effraient, voire prennent la fuite dès qu’elles croisent un phénomène surnaturel. J‘étais pourtant persuadée que la croyance dans le surnaturel était ce qui unissaient les membres de leur cellule.

 

Néanmoins, les deux jeunes filles sont très occupées, puisqu’elles passent leur temps à flirter (voir plus si affinités) à défaut d‘accomplir réellement leur mission. Océlus, l’envoyé céleste, ne vaut guère mieux, lui qui boude, pleurniche et arrive toujours en retard quand son ami a besoin de lui. Avec une équipe de bras cassés pareils, on se demande comment l’Alliance n’a pas déjà gagné.

 

Heureusement, nous avons Thierry Morin, le super-héros (je pense que c'est lui sur la couverture), toujours sur le qui-vive, qui décime à lui tout seul presque tous les ennemis, et Yannick, qui a droit aux péripéties les plus intenses et survit à toutes les catastrophes, grâce à des alliés inattendus et providentiels.

 

Le roman contient quand même quelques révélations. Pour certaines, je les avais pressenties, pour d’autres, elles m’ont juste ennuyées. Bonne nouvelle pour ma PAL : encore une série dont je ne lirai pas la suite.

 

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 10:40

ANITA-BLAKE---TOME-02---LE-CADAVRE-RIEUR.jpg

 

Titre : Le cadavre rieur.

Auteur : Laurell K. Hamilton.

Editeur : Milady.

Nombre de pages : 374.

 

Quatrième de couverture :

 

Savez-vous ce que c’est qu’une « chèvre blanche » ? Eh bien, en jargon vaudou, c’est un doux euphémisme pour désigner la victime d’un sacrifice humain; Et quand ces types sont venus me demander de relever un mort de deux cents ans et des poussières, j’ai tout de suite compris ce que ça impliquait. Je veux bien égorger des poulets, un mouton, voire un buffle dans les cas désespérés… mais ça, non ! Pas question… Mais je les ai envoyés promener, eux et leur chèque d’un million de dollars. L’ennui, c’est que tout le monde n’a pas mon sens moral. Que ces salauds vont bien dégoter quelqu’un pour faire ce boulot. Qu’on va se retrouver avec un mort-vivant raide dingue, tout sauf végétarien, et semant la panique. Et que c’est encore la petite Anita qui va devoir se le coltiner ! Comme si je n’avais pas déjà assez de problèmes avec les vampires….

 

Mon avis :

 

Il m’a été difficile de trouver ce tome 2 : mes librairies préférées passaient allègrement du tome 1 au tome 11. Quand enfin j’ai mis la main sur ce livre, dans une librairie parisienne, j’ai littéralement sauté dessus.

 

Premier constat : la couverture. Je suis désolée, je ne peux pas. Quand mes proches ont vu ce livre, il a fallu que je leur explique que c’était une histoire de vampires, pas une histoire scabreuse. Enfin, pas encore.

 

Deuxième constat : ce roman sera le dernier que je lirai de cette série. Trop de sang, trop de monstres, trop de tortures, et même pas distrayant. J’ai rapidement retrouvé la structure du premier tome, avec quelques passages obligées. A vrai dire, je suis persuadée qu’il est possible de lire ce second tome sans avoir lu le premier : les liens entre les personnages sont réexpliqués, Jean-Claude ne fait que de brèves apparitions, vers la fin du récit.

 

Je vais donc retourner vers des récits moins sanglants. Je vous laisse, je vais regarder la saison 2 de True Blood.

 

Partager cet article

Repost0
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 11:41

Le-souffle-de-la-hyene.jpg 

Titre : L’autre, tome 1 : le souffle de la hyène.

Auteur : Pierre Bottero.

Editeur : Rageot.

Nombre de pages : 300

 

 

Quatrième de couverture :



 

- Ne me touche pas…

La voix, cassée, était à peine humaine et les yeux qui se fixèrent sur Natan ceux d’un fauve.

- Ne me touche… surtout pas !

La main de Natan retomba sans force. Il eut le temps de voir un rayon de lune accrocher une larme sur la joue de Shae.

Il s’évanouit.



 

Mon avis :



 

Il me restait trois livres de Pierre Bottero dans ma PAL. Je voulais absolument les lire avant la fin de l’année, afin de les inclure dans le challenge d’Edelwe.



Le souffle de la hyène est le premier tome de la trilogie L’autre, et je lui ai trouvé de nombreux points communs avec La Quête d’Ewillan, tout en restant une œuvre originale. Natan est un adolescent doté de prodigieuses capacités, sa vie est menacée, tandis que le hasard lui fait rencontrer (le hasard s’appelle Rafi) une adolescente orpheline, maltraitée par son tuteur (comme Ewillan). Elle a, tout comme Salim, le pouvoir de se métamorphoser - ou plutôt elle subi les contraintes d’une métamorphoses. Ils vivent dans un monde contemporain, le monde parallèle, qui fait brusquement irruption, est une vraie révélation pour eux et pour nous.

 

Nous n’avons pas le temps de nous ennuyer, et lire le style inimitable de Pierre Bottéro est toujours un bonheur. Les péripéties, toutes plus surprenantes les unes que les autres, s’enchaînent en accordant tout de même aux lecteurs de légères pauses (la rencontre avec la Famille, le petit déjeuner avec Enola, anagramme d’alone, seule en anglais). Ces mouvements faussement rassurants permettent aux lecteurs de formuler de nouvelles hypothèses de lecture, que la suite du récit vient contredire. Parfois, j’avais l’impression de me retrouver dans un film d’action hollywoodien.



J’aime beaucoup le personnage de Natan, déjà adulte, déjà mûr. Il accepte sans broncher ses pouvoirs mais refuse d’accepter les règles et les conventions de sa Famille. En dépit de quelques membres charismatiques, elle m’a parue fort antipathique, trop imbue d’elle-même, trop fière d’avoir éliminée les autres Familles, et constamment méfiante. De ce fait, la quête dans laquelle Natan et Shae se lancent est rendue plus ardue encore - comme si elle ne l‘était pas déjà.



J’ai hâte de lire Le maître des tempêtes.



Objectif-copie-1Challenge-Pierre-Bottero



Partager cet article

Repost0
13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 23:16

covplaisirscoupables2.jpgTitre :Anita Blake, tome 1 : Plaisirs coupables.

Auteur :Lauren K Hamilton.

Editeur : Milady

Nombre de pages : 352.

 

Mon avis :

 

Je n'aurai pas pensé lire ce livre il y a seulement un an, tout simplement parce que je ne connaissais pas ce genre littéraire. De plus, je ne pense pas que je serai allée spontanément vers lui : le titre est un peu racoleur, la couverture ne laisse pas présager une histoire de vampires. Les avis que j'ai lus sur le forum Partage-Lecture m'ont cependant donné envie de découvrir cette série et de l'inclure dans mon challenge partageur boulimique.

 

Si le style rend le roman très facile à lire (je l'ai lu en deux cessions), j’ai eu du mal à rentrer dans cet univers particulier. Chaque fois que je lis un livre dont les héros sont des vampires, je dois m’approprier les caractéristiques du vampire dans cette série. J’ai tendance à me référer pour ceux-ci soit à Bram Stoker, soit à Charlaine Harris, ce qui peut me valoir certains égarements.

 

L'héroïne connaît son métier, le monde dans lequel elle évolue, mais les explications tardent à venir pour le lecteur, qui se trouve un peu perdu. Si j'ai compris facilement ce qu'était une réanimatrice, je me demandais parfois quelle était l'utilité de son métier. De même, j'aurai voulu connaître plus tôt les raisons de son aversion pour les vampires.

 

Les personnages sont très nombreux, les liens qui les unissent, tout comme la hiérarchie qui existe entre certains (je pense aux vampires notamment), sont complexes et pas toujours évidents à retenir. Parfois, un personnage apparaissait dans le cours de l'intrigue, et disparaissait sans que le lecteur sache ce qu'il était devenu. Je pense au jeune homme qui voulait se convertir, ou plus simplement à Catherine, l'amie d'Anita.

 

Quant à Anita, elle paie de sa personne. Ce n'est pas qu'elle n'a peur de rien, c'est plutôt qu'elle est prête à tout affronter. Comme Sookie, l'héroïne de La Communauté du Sud (ma seule référence pour ce genre de romans), Anita est narratrice de ses aventures, sauf que le ton employé est plus dur, l'ironie parfois mordante. Anita n'a pas de répit, et le lecteur non plus. Ses aventures nous permettent de découvrir toutes les créatures qui gantent son monde - et tous les ennemis potentiels qu'elle va devoir affronter.

 

Les questions restées en suspend donnent envie de lire la suite et de savoir si mes hypothèses de lectures se trouveront confirmées.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • : J'ai crée ce blog pour partager mes lectures. Mes goûts me portent plutôt vers le roman policier.
  • Contact

Parlons félins.

Nunzi aussi a son blog :

le  blog de Nunzi

485

Recherche

Challenges

Logo Sharon

Le Challenge animaux du monde  a débuté le 24 juillet2011. Pour vous inscrire et déposer vos billet, c'est ici .

Si vous cherchez des idées de lecture, vous en trouverez en cliquant

 

logo

  Le Challenge romans sous influences a débuté le 18 septembre. Pour vous inscrire et déposer vos billets, c'est ici .

N'oubliez pas la bibliographie

Leblanc

 

Arsène.

Pour le Challenge Maurice Leblanc , les inscriptions et le récapitulatif ont lieu ici .

 

moliere-1318954748

 

Le Challenge Molière est à durée illimitée lui aussi .

 

Lecture

Le Challenge Histoire de famille est à durée illimitée lui aussi. Venez déposer vos billets ici ou Là.

Jetez un coup d'oeil sur la bibliographie.

 

challenge Paris(1) Le Challenge Paris je t'aime est illimité dans le temps.

Mon profil Babelio

Mon profil sur Babelio.com

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Sharon sur Hellocoton