Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juillet 2010 1 26 /07 /juillet /2010 04:10

La_Malediction_Old_Haven.jpg Titre : La malédiction d'Old Haven.

Auteur : Fabrice Colin.

Editeur : Le livre de poche.

Nombre de pages : 662.

 

Quatrième de couverture :

1723, Gotham. Mary Wickford, jeune orphelin à la beauté flamboyante, quitte le couvent et les soeurs qui l'ont recueillie dix-sept ans plus tôt. En route vers l'est, la jeune fille s'arrête dans le vieux village d'Old Haven où règne une atmosphère lourde de secrets. Sans jamais être venue, elle connaît ces paysages de brues et de ténèbres... C'est ici que fut brûlée vive, jadis, une sorcière du nom de Lisbeth Wickford.

 

Mon avis : 

Je viens de terminer ce livre et je l'ai véritblement adoré. Je n'ai lu que très peu de romans de fantasy, aussi cette lecture fut pour moi une agréable découverte. J'ai été immédiatement happée par l'intrigue. J'ai adoré me plonger dans l'univers si particulier que Fabrice Colin et m'adapter à ses codes.Je n'ai absolument pas eu le temps de souffler, car les péripéties ne cessaient de s'enchaîner, sans pour autant se répéter. J'ai retrouvé dans ce roman ce que j'avais adoré dans le tome 1 des soeurs Wilcox : sa capacité à mélanger des thèmes fantastiques connus (le dragon, la sorcière), un motif de roman d'aventures (les pirates), des faits historiques bien réels qu'il détourne (l'inquisition, la guerre d'indépendance des Etats-Unis), dans un récit harmonieux. Mary, surtout, est une héroïne intéressante. Même dans les situations les plus périlleuses, elle se montre pugnace. Certes, il lui arrive de céder au décourageùent (après l'incendie du couvent) ou de laisser livre cours à ses émotions mais si elle restait de marbre devant tant de périls, elle ne serait pas une héroïne, juste un personnage stéréotypé.

 

 

Il faut dire que ce qu’elle découvre sur sa famille est rude. Sa grand-mère a été trahie par les deux hommes qu’elle a aimés, ses parents ont tous les deux été trahis, chacun a payé de sa vie cette trahison. Néanmoins, par leurs écrits, par les amitiés qu’ils ont pu nouer, ils ont tressé autour de leur fille un réseau de protection solide, et pas seulement parce que Mary possède des dons exceptionnels.

 

Ce roman aura une suite, Le maître des dragons. Je pense que je la lirai avec plaisir.

Partager cet article

Repost0
26 juin 2010 6 26 /06 /juin /2010 21:09

college-de-magie-09Titre : Le collège de magie.

Auteur : Caroline Stevermer.

Editeur : Le livre de poche.

Nombre de pages : 532.

 

Quatrième de couverture :

 

Faris Nallanine est l'héritière d'un petit duché d'Europe central. Trop jeune pour prétendre à son titre, elle est contrainte de laisser son despotique oncle Brinker régner à sa place. Jusqu'à ce qu'il exige qu'elle se rende en Normandie, pour étudier au collège de Verteloi. Faris prend alors le fameux Orient-Express et entame sa scolarité dans l'austère collège français. Mais il ne s'agit pas d'une école ordinaire, et Faris va rapidement découvrir qu'elle est censée obtenir un diplôme de magie....

 

Circonstance de lecture : lecture commune de mai / juin 2010 avec le forume Partage-Lecture. 

  

Mon avis : 

  

Voici un des rares livres que j’ai commencé et que je n’ai pas terminé.

Je ne connaissais pas cette auteur avant qu’elle soit mise à l’honneur par le forum Partage-Lecture, et puisque j’avais voté pour elle, la moindre des choses était que je lise un de ses livres.

Deux de ses œuvres seulement sont traduites à ce jour : Le collège de magie et l’étudiant de magie. Faisant preuve d’un peu de logique, j’ai commencé par le premier tome.

A aucun moment, je ne suis rentrée dans l’histoire. J’avais l’impression de perdre tous mes repères de lectures. Les repères spatiaux, tout d’abord. Verteloi, par sa configuration, me rappelait trop le Mont-Saint-Michel, et je ne suis jamais parvenue à me détacher de mes connaissances réelles pour rentrer dans ce monde imaginaire. Puis, il faut bien dire la vérité : Verteloi est le seul collège de magie dans lequel la magie n’est pas pratiquée, et encore moins enseignée !

Les repères temporels ensuite. L’époque n’est pas clairement identifiée (c’est sans doute normal dans ce genre littéraire que je connais peu), et j’ai même eu du mal avec la vitesse narrative. Parfois, j’ai eu l’impression que le temps s’accélérait brusquement, ou au contraire se dilatait démesurément 

Quant aux personnages, ils ne m’ont ni touché, ni même simplement intéressé, si ce n’est le personnage de Tyrian, que j’ai trouvé intriguant. Faris et son oncle sont trop stéréotypés pour que leur lutte retienne mon intention. Faris est une jeune fille un peu rebelle, mais surtout bien terne, spoliée par son méchant oncle tyrannique.

Je lirai très certainement un jour L’étudiant de magie, car je n’aime pas rester sur un échec, mais ce ne sera pas dans l’immédiat.

 

Partager cet article

Repost0
27 mai 2010 4 27 /05 /mai /2010 21:28

 soeurs-Wilcox.jpg

Titre : Les étranges sœurs Wilcox, Tome 2 : L'ombre de Dracula.

Auteur : Fabrice Colin.

Editeur : Gallimard Jeunesse.

Nombre de pages : 315.

                                

Quatrième de couverture :

 

Amber et Luna Wilcox savent désormais qui a fait d’elles des vampires. Mais dans leur lutte contre Dracula, bien des secrets demeurent encore.

Quand Ambert disparaît mystérieusement, les soupçons de Luna se confirment : il y a un traître parmi les Invisibles. De New York à Liverpool, les serviteurs du maîtres des ténèbres sont partout à l’œuvre. Chacune de leur côté, les deux orphelines vont devoir risquer leur vie pour empêcher l’ombre de Dracula de s’étendre sur le monde.

 

Mon avis :

 

J’attendais la sortie de ce deuxième tome avec beaucoup d’impatience, et je l’ai lu presque immédiatement après l’avoir acheté, moi qui ne parviens pas à terminer la lecture d’un seul livre en ce moment.


Au début, j’ai beaucoup apprécié l’intrigue : l’auteur a pris le parti de ne pas commencer le tome 2 au moment où se terminait le tome 1 mais de le débuter alors que la lutte entre les Invisibles et la Golden Dawn reprend de plus belle. De même, le manichéisme est absent : les trahisons, les renversements d’alliance, ou la dissimulation d’alliés précieux sont monnaie courante et nous obligent à être constamment sur nos gardes, dans cette guerre entre vampires. Les motivations de chaque personnage sont très complexes. Et c’est la que le bas blesse. Certains personnages peuvent être énervants, puis lassant, à force de ne pas vouloir les révéler. Trop de questions restent en suspend inopinément, trop de personnages disparaissent avant  même d’avoir donné toute sa mesure dans l’intrigue.


Ou plutôt les intrigues. Comme les deux sœurs se trouvent séparées, le récit se divise très rapidement en deux parties. Un chapitre est consacré à Amber, le suivant à Luna et ainsi de suite. Ainsi, si vous avez une préférence pour l’une des deux, vous ne pouvez que lire les chapitres qui la concernent, surtout si vous êtes déçus, comme je l’ai été, par l’une des intrigues.


Si je trouvais agréable dans le premier tome la référence à des personnages littéraires connus, et le fait que l’auteur exploite de manière originale des éléments disparates, je n’ai trouvé dans ce second tome ni la fraîcheur ni l’enthousiasme du premier. Les créatures surnaturelles deviennent trop nombreuses et pas assez exploitées. Je n’ai rien contre les fées et les loups-garous, je préfère les retrouver dans la communauté du Sud dans lesquels ils sont judicieusement exploités.


Bien que j’aie été déçue par ce livre, je lirai le tome 3, car je veux savoir comment cette série va se terminer.

Partager cet article

Repost0
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 22:46
chevaliers.jpg

 

Titre : Les chevaliers d’émeraude, tome 11. La justice céleste.
Auteur : Anne Robillard.

 Editeur : Michel Laffon.
Nombre de pages : 400.

Quatrième de couverture :

Emprisonnée dans le passé, Kira cherche désespérément une solution pour rentrer chez elles. Les anciens Enkievs lui seront d’un précieux secours, malgré leurs facultés magiques limitées.

En dépit de ses blessures et de l’infidélité de son nouveau serviteur ailé Akuretari demeure un ennemi redoutable. Profitant du chaos sur le continent, il y déclenche de terribles cataclysmes. Seul un douloureux sacrifice de la part d’un Chevalier pourra enfin mettre un terme à sa vengeance.

Alors que les habitants d’Enkidiev font face à une nouvelle menace, l’Empereur Noir décide de porter le coup de grâce aux Chevaliers d’Emeraude et à leurs alliés. Il est toutefois loin de se douter que l’amour innocent d’un enfant et le courage d’un Elfe vont mettre à mal ses projets d’invasion.

Mon avis :

Je préfère le dire d'emblée : autant les tomes 9 et 10 de la saga furent des coups de cœur pour moi, autant ce n’est pas le cas pour ce tome 11. J’ai eu l’impression de retrouver tous les défauts de la série sans ses qualités. Contrairement aux deux tomes précédents, l’action est très lente à se mettre en place. Les combats contre les imagos sont très répétitifs, j’ai eu l’impression de relire sans cesse le même passage. Même les révélations sur le passé d’Enkidiev m’ont semblé un peu plates. Puis, au bout de cent trente pages, l’action prend enfin de l’ampleur, et les rebondissements, pour certains très surprenants, ne cesseront plus.

Néanmoins, l’action est parfois difficile à suivre, car la narration se subdivise en plusieurs fils narratifs. Nous suivons à la fois les combats des chevaliers (chacun dans un royaume différent), la vie de Kira, plongée dans le passé, mais aussi la vie quotidienne au château d’émeraude, sur le continent d’Irianeth ou encore dans le panthéon des dieux, sans approfondir réellement de manière satisfaisantes chacun de ces récits. L’auteur semble dresser un état des lieux de tous les personnages qu’elle a crées. J'ai l'impression que ce tome 11 est un bilan des tomes précédents, rappelant certaines promesses oubliées, et permettant de dresser une liste exhaustive des alliés des chevaliers, avant ce qui sera, je l’espère, un flamboyant tome 12.

Bien sûr, en dépit des batailles et des morts, en dépit d’une scène particulièrement émouvante, ce livre reste profondément optimiste : l’amour et l’amitié sont toujours vainqueurs, l’amour peut changer les destins, et ce message est valable pour tous les personnages.

Un dernier regret : j'aurai aimé que les chevaliers de la première génération soient plus présents.

Partager cet article

Repost0
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 21:26

Fablehaven_tome_2_haute_def.jpg


Titre : Fablehaven. Livre II. La menace de l’étoile du soir.
Auteur : Brandon Mull.
Editeur : Nathan.
Nombre de pages : 442
ISBN : 978-2-09-252564-7

Quatrième de couverture :


Dès la fin de l’année scolaire, Kendra et Seth sont de retour à Fablehaven, incroyable refuge pour créatures fantastiques, dont leurs grands-parents sont les gardiens. Grand-père Sorenson y a invité trois experts : un maître en potions, un collectionneur d’objets magiques et une chasseuse de créatures étranges. Ils ont pour mission de protéger Fablehaven de la maléfique Société de l’Etoile du Soir, déterminée à mettre la main sur un artéfact d’une grande puissance dissimulé au cœur du sanctuaire.
Le temps est compté. Si l’Etoile du Soir parvient à ses fins, ce sera un désastre pour tous les sanctuaires du monde… et peut-être pour la Terre entière.

«L’une des meilleures séries que j’ai lues » Christopher Paolini, auteur d’ERAGON©
Bestseller du New York Times.

Mon avis :

Pour des raisons purement pratique, j’ai attendu quelques temps – ou plutôt, quelques jours - avant de lire le livre II de Fablehaven. Le premier avait été un coup de cœur, le second aussi.

Il est indispensable d’avoir lu le livre I pour savourer pleinement le II, ce qui n’a rien d’étonnant. Contrairement à ce qui se passe parfois pour les suites, l’auteur nous plonge immédiatement dans l’action, et ne s’encombre pas de redites inutiles. Les personnages ont évolué : Seth a tiré les leçons de ses erreurs passées, se montre beaucoup plus réfléchi et essaie de réparer ses erreurs - ce qui ne l'empêche pas de provoquer des catastrophes, à son corps défendant. Le lecteur en apprend également un peu plus sur certains personnages (Dale et Warren), tout en découvrant de nouveaux alliés et de nouveaux adversaires (l'étoile du soir se révèle particulièrement redoutable).

J'avais comparé le premier tome à un conte, et ce terme reste valable pour ce second volume. Néanmoins, l'attention du lecteur est constamment en éveil. En effet, il n'y a pas de "bons" ou de "méchants", les personnages peuvent évoluer, changer de camps, être manipulés. Les protecteurs de jadis peuvent n'être plus qu'indifférence, et les ennemis deviennent parfois de précieux soutiens.

Bref, l'intrigue ne laisse aucun répit, et enchaîne rebondissements et retournements de situation à un rythme effreiné. Le tome III doit paraître en octobre, je suis impatience de le lire.

Partager cet article

Repost0
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 14:03

communaute-sud-tome-8-pire-mort-charlaine-har-L-1.jpegTitre : Pire que la mort.

Auteur : Charlaine Harris.

Editeur : J'ai lu.

 

Lecture dédiée à Léïa.


Quatrième de couverture française:


"Les ennuis ne sont pas terminés! Voilà qu'un attentat terroriste détruit l'organisation vampire de la région! Or moi, Sookie, j'avais d'autres choses en tête, des trucs... personnels. Et je n'ai pas vu tout de suite le rôle que j'allais devoir jouer. Je suis télépathe, moi, pas voyante. Allez, j'avoue: je pensais à mon petit copain, qui brillait par son absence. Une absence prolongée..."

Dans une région dévastée après le passage de l'ouragan Katrina, Sookie a fort à faire pour aider les communautés humaine et vampire à se reconstruire. Si la jeune serveuse est saine et sauve, elle n'en est pas moins préoccupée: les temps changent pour les vampires et les lycanthropes, de nouveaux dangers s'annoncent... et Quinn, son petit ami -le sublime tigre-garou-, a disparu !

 

Mon avis :

 

Un constat, pour commencer : je viens de lire le huitième tome des aventures de Sookie Stackhouse, et pourtant je ne suis pas lassée, je prends toujours autant de plaisir à les lire (bien plus rapidement que je ne devrai, difficile de lâcher le volume et de passer à autre chose), et je n’ai qu’une envie, lire les prochains tomes.

L’intrigue est toujours aussi accrocheuses, les rebondissements sont très nombreux, et les retournements de situation aussi. Alors que je croyais que tout le volume allait être dévolu à la guerre entre les clans de lycanthropes (dans laquelle Sookie va être obligée de s’impliquer), il n’en est rien, et les événements vont rebondir de manière inattendue. L'auteur réserve tout de même quelques parties plus sereines, comme le double mariage des Bellefleur, et même des rencontres émouvantes (le dénouement, que je ne révèlerai pas, pour ne pas vous gâcher la lecture).

Quant à la vie privée de Sookie, elle reste très compliquée. Des amis, des proches la trahissent (parfois des personnes très proches). Si elle peut compter sur des soutiens indéfectibles – Sam, Eric, qui voudrait bien plus que la soutenir - elle va rencontrer de nouveaux membres de sa famille, aux pouvoirs parfois étonnants, et dont je me demande bien quels seront leurs rôles dans les tomes suivants. Quant à sa vie sentimentale…. Je me demande si elle aura un jour un peu de stabilité, entre le retour de Bill le vampire, et la disparition de Quinn. Amélia, sa colocataire, n’est pas en reste, puisqu’elle doit subir les infidélités de Bob (toujours transformé en chat, je tiens à le préciser). Sookie est décidée à prendre sa vie en main, même s’il lui arrive de douter d’elle-même ou de s’interroger sur le bien-fondé de certaines de ses décisions.

Ce que j’aime aussi beaucoup dans cette série, c’est que les personnages ne se contentent pas de faire une apparition dans un tome puis d’être jetés aux oubliettes par l’auteur. Les disparus, par exemple, ont une grande place dans l’intrigue. Vous allez me dire que c’est normal, puisque les héros sont des vampires, et donc qu’ils sont par définition des disparus. Je pense à des disparitions plus humaines (quoiqu’elles aient très brutales, en leur temps). Granny, la grand-mère de Sookie, est toujours évoquée avec émotion. Quant à Kendra, même morte, elle continue d’empoisonner l’existence de Sookie depuis le tome 4.

Bref, j'ai passé un très bon et trop court moment de lecture.
Je remercie chaleureusement Thot, le forum Partage-Lecture et les éditions J'ai Lu pour m'avoir permis de poursuivre la lecture de cette série.

Partager cet article

Repost0
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 13:44

chevaliers-d-emeraude-9.jpg

Quatrième de couverture :

Après des siècles de paix, les armées de l'Empereur Noir Amecareth envahissent les royaumes du continent d'Enkidiev. Les Chevaliers d'Émeraude doivent alors protéger Kira, la princesse magique liée à la prophétie et qui peut sauver le monde.
Assailli par les armées impériales, Wellan doit envoyer ses hommes sur plusieurs fronts. Le nouveau Roi d'Émeraude lui propose une des armes interdites que le dieu Danalieth a léguées aux humains pour se protéger. C'est un cadeau difficile à refuser...
Tandis qu'ils défendent le Royaume des Elfes, les Chevaliers capturent une curieuse créature bleue, ignorant ses véritables desseins. Désireux de venir en aide à son père, Dylan apprend une nouvelle façon de capter les mouvements d'énergie. Mais lorsqu'il s'en sert pour la première fois, il se heurte à la résistance d'une jeune fille qui changera à jamais le cours de son destin...
Et contre toute attente, la prédiction d'Élund au sujet du retour d'un héros se réalise. Mais ce grand guerrier n'arrive-t-il pas trop tard ?

Mon avis :

J’attendais avec hâte la sortie de ce tome. En dépit de leurs défauts, les aventures des  chevaliers d'Emeraude me tiennent en haleine et je n’imagine même pas ne pas les suivre jusqu’à la fin.


L’avantage est que dans ce tome, nous sommes plongés dans l’action au bout de trois pages, les batailles se succèdent les unes aux autres sans répit, et sans trop de monotonie. Des coups de théâtre surviennent au moment où je m’y attendais le moins, tant je pensais que l’auteur avait inversé la structure des tomes précédents (des combats sans répit puis, à la fin, le repos et les réjouissances des chevaliers, de retour au château d'Emeraude) et je me demande comment ces nouvelles pistes vont être développées dans le tome suivant.


Quelques bémols, tout de même : les chevaliers sont devenus trop nombreux pour que je puisse facilement les reconnaître, mis à part les chevaliers de la première génération. Quant à ceux-ci, leurs caractères sont fixés une fois pour toute et ils n’évoluent guère : ils restent très manichéens. Enfin, l’auteur cède toujours à la tentation de marier les quelques chevaliers célibataires à tour de bras, et de leur donner une turbulente progéniture.

Partager cet article

Repost0
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 17:04


fableh10.jpg 

Titre : Fablehaven, livre I. Le sanctuaire secret.

Auteur : Brandon Mull.

Editeur : Nathan.  

 

Merci à Ethan pour m'avoir fait découvrir ce livre.

 

  

Quatrième de couverture :

 

 

Depuis des siècles, les créatures fantastiques les plus extraordinaires se cachent dans un refuse secret, à l’abri du monde moderne.

Ce sanctuaire s’appelle Fablehaven.

Kendra et Seth ignorent tout de ce lieu magique, dont leur grand-père est pourtant le gardien. Un jour, ils découvrent l’incroyable vérité : la forêt qui les entoure est peuplée d’êtres fabuleux – fées, géants, sorcières, monstres, ogres, satyres, naïades…

Aujourd’hui, l’avenir de Fablehaven est menacé par l’avènement de puissances maléfiques. Ainsi commence le combat des deux enfants contre le mal, pour protéger Fablehaven de la destruction, sauver leur famille… et rester en vie.

 

 

Mon avis :

 

 

En lisant ce livre, je me suis posé la question suivante : «pourquoi tous ceux qui lisent ce livre deviennent fan ?»

Tout d’abord, ce livre est un très bel objet, même si vous n’avez pas entre les mains l’édition limitée. La couverture intrigue, avec ce personnage repoussant qui occupe son centre et ces fées magnifiques qui volètent autour d’elle.

Ensuite, les chapitres sont extrêmement bien conçus, ni trop longs, ni trop courts, et peuvent facilement former pour les plus jeunes une unité de lecture. De plus, le livre va leur rappeler un genre littéraire qu’ils connaissent bien : le conte. Ils vont retrouver des personnages qui possèdent tous un trait de caractère fort, une caractéristique physique qui permettent de les identifier facilement, une mission à accomplir (protéger Fablehaven), des objets magiques aux pouvoirs merveilleux, des métamorphoses et des interdits à ne pas transgresser (qui vont l’être, nécessairement).

 

Ensuite, contrairement au conte, les personnages, même ceux qui transgressent le plus les interdits, ont la possibilité de se racheter, non parce que leurs fautes seront minimiser, mais parce que les autres personnages vont tâcher de les déculpabiliser, de les faire aller de l’avant plutôt que de ressasser le passé. Toute créature, y compris les créatures magiques, peut évoluer.

 

Lire Fablehaven, c’est aller de surprise en surprise, de rebondissement en rebondissement, c’est ne pas craindre de suivre la trajectoire d’un personnage puis soudain de s’attacher à un autre, c’est ne surtout pas avoir envie de quitter cet univers et attendre avec impatience la lecture du tome suivant.

Partager cet article

Repost0
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 13:38

ames-croisees.jpg
  

Titre : Les âmes croisées

Auteur : Pierre Bottero.

Editeur : Rageot.

Nombre de pages : 424.

 

 

Quatrième de couverture :

 

«Qui veux-tu être, Nawel ?

Qui veux-tu vraiment être ?»

Elle le savait désormais.

Je me nomme

Nawel Hélianthas…

Un vœu, un simple choix,

possédait-il le pouvoir d’orienter

une existence entière ?

Je sollicite le droit et l’honneur

De revêtir…

Un mot, un unique mot

Pouvait-il devenir une clef ?

 

Mon avis :

 

 

Je me suis procuré ce livre parce qu' il est le tout dernier qu'a écrit Pierre Bottero et  que je suis une fan absolue de son oeuvre.

L’action se déroule dans un monde fantastique. Ce n’est plus le monde d’Ewillan, c’est celui de Nawel (dont le prénom est quasiment l’anagramme). Ce monde est celui qui oppose une caste de privilégiés, les Perles, qui ont absolument tous les pouvoirs et surtout, tous les droits, sans aucune exception, aux Cendres, sur lesquels reposent tout le travail de la Cité – et tous les châtiments. Ce monde est rempli de dangers : les Barbares, à l’ouest, les Fangs, ou pire, la cité des Anciens, dans laquelle il est strictement interdit de se rendre, tant elle est dangereuse.

Nawel est, au début du roman, très différente des héroïnes précédentes de Pierre Bottero. Il est difficile de lui trouver des qualités (à part sa fidélité indéfectible envers ses deux meilleurs amis et son extraordinaire ténacité), tant elle est imbue des privilèges de sa caste. Les conséquences d’une décision qu’elle a prise vont tout remettre en cause. Elle va s’interroger sur qui elle est (avec horreur), sur son destin, qu’elle croit maîtriser. De ce travail sur elle-même va jaillir la Nawel qu’elle veut devenir, et qu’elle va s’efforcer de devenir dans la seconde partie du roman.

Rien n’est plus difficile que de donner son avis sur un roman dont je sais pertinemment qu’il sera le dernier, que ces mots sont les derniers qui seront publiés et qu'il est évident qu'une suite devait être écrite et qu'elle ne le sera jamais. .

Ce livre participe au challenge Pierre Bottero.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : le.blog.de.sharon.over-blog.com
  • : J'ai crée ce blog pour partager mes lectures. Mes goûts me portent plutôt vers le roman policier.
  • Contact

Parlons félins.

Nunzi aussi a son blog :

le  blog de Nunzi

485

Recherche

Challenges

Logo Sharon

Le Challenge animaux du monde  a débuté le 24 juillet2011. Pour vous inscrire et déposer vos billet, c'est ici .

Si vous cherchez des idées de lecture, vous en trouverez en cliquant

 

logo

  Le Challenge romans sous influences a débuté le 18 septembre. Pour vous inscrire et déposer vos billets, c'est ici .

N'oubliez pas la bibliographie

Leblanc

 

Arsène.

Pour le Challenge Maurice Leblanc , les inscriptions et le récapitulatif ont lieu ici .

 

moliere-1318954748

 

Le Challenge Molière est à durée illimitée lui aussi .

 

Lecture

Le Challenge Histoire de famille est à durée illimitée lui aussi. Venez déposer vos billets ici ou Là.

Jetez un coup d'oeil sur la bibliographie.

 

challenge Paris(1) Le Challenge Paris je t'aime est illimité dans le temps.

Mon profil Babelio

Mon profil sur Babelio.com

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Sharon sur Hellocoton